SANS VERBES

Eh bien voilà. Une nouvelle page blanche, un clavier et mes doigts paresseux. Et un défi à la Tyler Durden dans son projet chaos : un texte sans verbes ! Non mais quelle galère ! Et pourquoi pas une pelouse sans herbe ? Une nuit d’amour sans cigarettes ? Une femme sans projets ou des jean’s sans baskets ?

Sans verbes aucune phrase debout. Rien que des mots par terre. Pas de mouvements, pas de chemins. Me voilà sain de corps mais aussi invalide qu’un paraplégique dans son fauteuil. Plein d’idées, d’envies, de rêves de légèreté, et aussitôt autant de blocages, d’impossibilité, de regrets. 

Alors évidemment, solution de facilité pour l’écrivain (pour le paraplégique, pas de solutions, même complexes, désolé) : les descriptions et énumérations. L’ennui total ! Du visuel au lieu du vécu. Des listes à la place des analyses. Et pourquoi pas de la poésie tant qu’on y… Merde. Bah voilà, pas d’expressions toutes fai… (aaaaah) non plus. Frustration. Et pour les dictons et autres proverbes, pas de dérogation ? Et le sens de la formule ? Interdit ? Bon d’accord, rien que des mots en fait. 

Oh oui ! Des jeux de mots ! Drôles et pleins d’esprit. Par exemple, heu… voilà, non, trop difficile finalement. Avec ou sans verbes, beaucoup trop difficile. 

Alors évidemment, solution de facilité pour l’écrivain fainéant (et aussi pour le paraplégique ! Alléluia !) : des insultes. Plein d’insultes gratuites et sans autre but que de se dé… Oh ouais, vite, des gros mots bien gras pour le voisin et sa perceuse du dimanche matin. Pour les titulaires de permis de pochettes surprises. Pour l’alcool mauvais et le mauvais alcool. Pour la crotte et le chien et double ration d’insultes pour le maître. Pour les patrons et les heures supplémentaires. Pour les trains en retard, les bouchons, la pluie, la crise, les guêpes, les flics et les politicards ! L’insulte pour tous, ici pas de jaloux ! Mais surtout, et plus que tout, l’insulte pour les égoïstes, les seuls au monde, les antis empathie. Pour les ignares du cœur, les analphabètes de l’âme, les sans doutes et sans reproches. Et pour les têtes de bois. Ouais, buffet d’insultes à volonté pour les têtes de bois. Sans verbes et sans scrupules de la part d’un écrivain flemmard. 

TiF

2 commentaires sur «  »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s